Trouble cognitif léger : causes, manifestations et prise en charge

Le trouble cognitif léger se trouve à mi-chemin entre le vieillissement cognitif lié à l’âge et les maladies dégénératives causants des problèmes cognitifs qui s’aggravent avec le temps.

Les personnes qui en souffrent sont sujets à des problèmes de la mémoire, du raisonnement, du langage ou encore du jugement.

Ceux-ci vont au-delà des soucis qui apparaissent avec le vieillissement sans être aussi graves que ceux qui accompagnent une pathologie dégénérative.

Les changements et comportements inhabituels sont généralement repérés par l’entourage, mais il faut un test cognitif pour confirmer la situation.

Dans tous les cas, un TCL impacte rarement sur l’autonomie du patient qui peut prendre en charge les tâches du quotidien.

Trouble cognitif léger

Trouble cognitif léger

© Fotolia.com

Point sur le trouble cognitif léger, ses manifestations, ses causes et sa prise en charge…

 

Trouble cognitif léger, définition

Le trouble cognitif léger ou TCL s’accompagne de différents problèmes intellectuels.

Le patient est principalement sujet à des troubles de la mémoire, mais le raisonnement, le langage, l’organisation ou encore le jugement peuvent aussi être touchés.

Il ne se rend pas forcément compte du changement. Par contre, l’entourage peut le constater.

Dans tous les cas, un TCL est rarement assez grave pour empêcher la victime de vivre normalement au quotidien et de préserver son autonomie.

Il faut toutefois savoir que les patients qui souffrent de trouble cognitif léger risquent plus de présenter la maladie d’Alzheimer ou autre pathologie de ce type.

Malgré tout, certaines victimes restent au stade de TCL tandis que d’autres peuvent même améliorer leurs facultés intellectuelles.

Avant de poursuivre, voici une vidéo qui explique un peu plus le TCL :

 

Les symptômes courants d’un TCL

Les symptômes les courants d’un trouble cognitif léger sont les altérations de la mémoire. Le patient ne se rappelle plus d’informations importantes.

Il oublie des données récemment apprises, des rendez-vous ou encore des discussions.

Mais les symptômes ne sont pas forcément liés à la mémoire. Le TCL peut aussi engendrer une dégradation des facultés de raisonnement.

Le langage peut être touché et des difficultés à trouver les mots peuvent survenir. Le patient peut perdre facilement le fil de ses idées et son jugement est altéré.

Il peut devenir ardu de s’organiser et d’arranger l’emploi du temps. Par ailleurs, la victime peut se perdre dans un environnement familier.

Trouble cognitif léger

Trouble cognitif léger

© FreeDigitalPhotos.net

 

Le diagnostic de TCL

En cas de suspicion de trouble cognitif léger, il est nécessaire de consulter un spécialiste qui pourra le confirmer ou l’infirmer.

Le médecin va procéder à diverses analyses et évaluations pour pouvoir établir le diagnostic.

Il s’intéresse à différents éléments : les capacités cognitives, le comportement ou encore le jugement.

Il évalue également la sévérité des symptômes tout en identifiant les causes possibles du problème.

À souligner que le praticien n’utilise pas un seul et unique test confirmer le TCL. Il tient également compte du profil de chaque patient.

Le diagnostic prend en considération les antécédents médicaux, les résultats de tests cognitifs et d’examens neurologiques, l’autonomie, le comportement sans oublier les analyses auprès de laboratoires spécialisés.

 

Comment bien vivre avec le trouble cognitif léger ?

Avant tout, il est important de prendre conscience de l’existence d’un changement au niveau des capacités intellectuelles du patient.

Cette prise de conscience est importante aussi bien pour le patient lui-même que pour son entourage.

Attention, il ne faut néanmoins pas se préoccuper outre mesure sur la manière dont la situation pourrait évoluer.

En effet, souffrir d’un TCL n’est pas une fatalité et différents moyens peuvent être mis en œuvre pour optimiser les facultés intellectuelles. La vie continue…

Par contre, il est vivement recommandé d’adopter un mode de vie sain. Il est essentiel d’entretenir la forme physique tout en évitant les stress émotionnels.

Vivre dans de bonnes conditions est essentiel, c’est vivre mieux.

Il faut alors privilégier un régime alimentaire équilibré couplé avec la pratique assidue d’exercices physiques.

 

Les activités à privilégier pour une vie meilleure avec un TCL

Pour préserver une bonne vie en dépit du diagnostic d’un TCL, il est important de préserver une bonne vie sociale.

Les interactions avec divers individus constituent une bonne stimulation, à la fois sociale et intellectuelle.

Il est également indispensable de pratiquer régulièrement des activités divertissantes.

Les personnes souffrant d’un TCL ont tout intérêt à s’adonner fréquemment à des activités qu’ils apprécient tout particulièrement et qui leur permettent d’atteindre leurs objectifs de vie.

Parallèlement, il est indispensable d’avoir un bon sommeil, pour permettre notamment au cerveau de se ressourcer.

De même, pratiquer assidument des activités de détente contribue à booster les facultés cognitives.

A noter au passage que le stress et les émotions négatifs sont mauvais pour la mémoire.

 

Exercer la mémoire

Enfin, pour bien vivre avec un TCL qui implique bien souvent un déficit léger de la mémoire, il est indispensable d’exercer la mémoire.

Il existe alors différentes stratégies qui peuvent être mises en place et à intégrer dans la vie quotidienne.

Il s’agit non seulement d’entretenir la mémoire, mais également de la stimuler, faisant en sorte qu’elle soit aussi performante que possible.

Pour ceux qui ont tendance à oublier des choses, il ne faut pas hésiter à faire appel à des aide-mémoire.

On peut notamment utiliser un agenda ou un calendrier électronique. Aujourd’hui, on peut facilement retrouver cette fonction sur un Smartphone ou un ordinateur.

Il y a également les méthodes mnémotechniques qui permettent de développer des astuces pour mieux mémoriser.

Je vous en propose notamment quelques-uns avec un article précédent sur les techniques mnémotechniques.

Tout sur la mémoire : Trouble cognitif léger

Trouble cognitif personne agee et Alzheimer

Un trouble cognitif personne agee peut avoir un lien avec la maladie d’Alzheimer mais ce n’est pas systématique.

Il existe notamment quelques signes à surveiller et qui peuvent confirmer la présence d’une démence.

Trouble cognitif personne agee

Trouble cognitif personne agee et Alzheimer

Comment reconnaître un trouble cognitif personne agee lié à Alzheimer ?

Trouble cognitif personne agee : manifestations

Un trouble cognitif personne agee peut être associée à une démence. Dans ce cas, les capacités intellectuelles sont affectées.

La manifestation la plus fréquente est Alzheimer. Avant de confirmer qu’il s’agit bien d’une maladie de ce type, il existe différents signes à surveiller.

  • D’abord, les pertes de mémoire ne sont pas anodines et celles-ci altèrent la bonne exécution des tâches quotidiennes.
  • Justement les activités les plus familières deviennent difficiles à réaliser.
  • Des troubles du langage sont constatés et le patient est victime d’une désorientation spatio-temporelle.
  • Le jugement est altéré et il est devient difficile d’appréhender les concepts abstraits.
  • Des objets du quotidien sont égarés, et parfois dans des lieux insolites (lunettes dans le congélateur…).

Tout cela affecte l’humeur, mais aussi l’attitude du sujet dont la personnalité change du tout au tout.

Celui-ci affiche, en outre, une perte d’intérêt par rapport aux choses qu’il appréciait pourtant auparavant.

Evolution des troubles cognitifs chez les seniors

Lorsqu’un trouble cognitif chez une personne âgée est lié à une maladie comme Alzheimer, les symptômes apparaissent petit à petit et s’aggravent.

Si les signes précédemment cités sont constatés auprès d’une personne, il faut consulter un médecin sans attendre.

Aujourd’hui, il n’existe pas encore de traitement pour guérir cette pathologie.

Par contre, un traitement peut être mis en place pour atténuer ses manifestations et pour améliorer le quotidien du patient.

L’essentiel est de réagir le rapidement possible dans la mesure où les médecins peuvent aussi faire en sorte de ralentir la progression de la maladie.

Tout sur la mémoire : Trouble cognitif personne agee

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Vieillissement cognitif normal : intensité et causes des problèmes de mémoire

Le vieillissement cognitif normal se caractérise par des problèmes de mémoire à ne surtout pas confondre avec les symptômes d’une maladie ou d’une démence.

Avec l’âge, il est normal que les capacités cognitives s’altèrent.

Vieillissement cognitif normal

Vieillissement cognitif normal : intensité et causes des problèmes de mémoire

Alors, comment reconnaître un vieillissement cognitif normal ?

Vieillissement cognitif normal, définition

Le vieillissement cognitif normal correspond tout simplement au vieillissement naturel du cerveau.

Avec l’âge, différents problèmes mnésiques surviennent mais ceux-ci sont bénins et réversibles.

Pour ceux qui craignent de souffrir d’une maladie comme Alzheimer, il faut souligner que les trous de mémoire affectent près de 50 % des seniors de plus de 65 ans.

A remarquer également que la fréquence de ces « soucis » n’a aucun lien avec l’apparition d’une démence.

Vieillissement cognitif normal : les causes de problèmes de mémoire

Dans le cadre d’un vieillissement cognitif naturel, les plaintes mnésiques sont généralement à un piètre état psychoaffectif.

Elles accompagnent bien souvent une dépression ou encore une anxiété. Des personnes vivant seules, ayant subi un deuil ou qui manquent de confiance en elles sont plus exposées.

Par ailleurs, le fait de se préoccuper des troubles mnésiques ne fait qu’accentuer ces derniers.

Comment se manifeste le vieillissement cognitif normal ?

Une personne sujette à un vieillissement cognitif normal constate une diminution de ses performances cognitives.

Elle met plus de temps à traiter les informations qui lui parviennent. Un ralentissement est également constaté pour l’accomplissement de diverses tâches.

Accomplir plusieurs choses en même temps devient difficile et la capacité de concentration diminue. Mais tout cela n’empêche pas d’avoir une vie « normale ». Aucune perte d’autonomie n’est à déplorer.

En ce qui concerne les pertes de mémoire, celles-ci concernent généralement des éléments anodins, comme le titre d’un livre ou encore l’endroit ou un objet a été placé.

De façon générale, la mémoire revient toujours, à un moment ou à un autre.

Tout sur la mémoire : Vieillissement cognitif normal

© FreeDigitalPhotos.net

Troubles cognitifs maladie d Alzheimer : changement de personnalité et perte de mémoire

Les troubles cognitifs relatifs à la maladie d’Alzheimer peuvent passer inaperçus aux yeux l’entourage du patient.

En plus de détériorer la mémoire, cette pathologie affecte pourtant la manière de penser de ce dernier et peuvent modifier son caractère.

Troubles cognitifs maladie d Alzheimer

Troubles cognitifs maladie d Alzheimer : changement de personnalité et perte de mémoire

Quel est l’étendue du lien « troubles cognitifs maladie d Alzheimer » ?

Troubles cognitifs maladie d Alzheimer : manifestations

Les troubles cognitifs s’installent progressivement chez la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ce qui les rend presque impossible à déceler.

Lorsque plusieurs signes se manifestent, il faut consulter un médecin afin d’établir un diagnostic.

Généralement, c’est l’entourage qui s’aperçoit qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Pour sa part, le patient est souvent dans le déni.

Quelques signes de troubles cognitifs

Les troubles cognitifs s’accompagnent souvent de changements de personnalité.

Le patient peut, par exemple, brusquement cesser d’apprécier la compagnie d’un ami cher.

Il est aussi possible que ses centres d’intérêt soient modifiés. S’il était auparavant un lecteur assidu, les troubles cognitifs dont il souffre l’incite à ne plus du tout aimer la lecture, pour se tourner vers une autre distraction.

Les changements d’humeur et de comportement constituent aussi un autre signe à ne pas négliger.

Sans explication et sans prévenir, le sujet devient agressif, pour se montrer très doux, par la suite. Son jugement est, de plus, amoindri.

Les troubles cognitifs légers : à ne pas confondre avec Alzheimer

Cette catégorie de troubles cognitifs a aussi des conséquences sur la mémoire, le langage, le raisonnement et autres fonctionnalités du cerveau.

Cependant, les troubles cognitifs légers ne se métamorphosent généralement pas en démence, comme c’est le cas des problèmes cognitifs liés à la maladie d’Alzheimer.

Il convient, par conséquent, de différencier ces deux types de troubles cognitifs avant de chercher les solutions correspondantes.

Dans tous les cas, les troubles cognitifs associés à la maladie d’Alzheimer requièrent une prise en charge spécifique pour améliorer le quotidien.

Tout sur la mémoire : Troubles cognitifs maladie d Alzheimer© Stockimages – FreeDigitalPhotos.net

Déclin cognitif et effets sur la mémoire

Le déclin cognitif se manifeste par une détérioration des capacités cognitives dont la mémoire.

Il peut s’agir d’un phénomène naturel lié à l’âge ou d’une conséquence d’une maladie dégénérative comme Alzheimer.

Déclin cognitif

Déclin cognitif et effets sur la mémoire

Alors, comment le déclin cognitif affecte-t-il la mémoire ?

Comprendre le déclin cognitif

Le déclin cognitif, aussi appelé vieillissement cognitif, est un processus naturel qui surgit avec l’âge.

Il est intéressant de noter que certaines fonctions commencent à décliner dès 20 ans.

Toutefois, la baisse des facultés intellectuelles se ressent véritablement vers 45 ans.

A partir de cet âge, les performances diminuent doucement mais progressivement. Ce sont surtout la mémoire à court terme et la mémoire de travail qui sont touchés.

Pour sa part, la mémoire à long terme semble épargnée. On ne manquera d’ailleurs pas de noter que dans la maladie d’Alzheimer, la capacité à mémoriser des souvenirs anciens reste intacte plus longtemps.

Les symptômes du déclin cognitif

Ce déficit cognitif apparaît donc au fur et à mesure et ses manifestations sont généralement plus gênantes qu’handicapantes.

Voici les symptômes les plus courants d’un trouble cognitif lié à l’âge :

  • Plus de difficulté à se concentrer et se focaliser sur une chose ;
  • Besoin d’un laps de temps plus important pour traiter plusieurs informations à la fois ;
  • Difficulté à réfléchir dans un environnement non calme (bruits, présence de plusieurs personnes…).

En définitive, le cerveau a besoin de plus de temps pour analyser les données qui lui parviennent.

Il devient plus difficile d’organiser et mémoriser des informations : les activités intellectuelles demandent plus d’efforts.

On a besoin de plus de temps pour se souvenir d’un nom, d’un objet ou d’un événement et on oublie facilement les faits récents.

Le déclin cognitif touche donc tout le monde et pour en minimiser les effets, il n’y a rien de tel que d’entraîner le cerveau régulièrement.

Tout sur la mémoire : Déclin cognitif© ddpavumba – FreeDigitalPhotos.net

Trouble cognitif léger et problèmes de mémoire

Le trouble cognitif léger se manifeste par une altération des capacités intellectuelles. Elle s’accompagne notamment de problèmes de mémoire

Ses symptômes se trouvent à mi-chemin entre ceux du vieillissement cognitif naturel et ceux des affections neurodégénératives comme Alzheimer.

Trouble cognitif léger

Trouble cognitif léger et problèmes de mémoire

Comment se manifeste le trouble cognitif léger et quels sont ses effets sur la mémoire ?

Trouble cognitif léger, présentation

Un déficit cognitif léger affecte donc les facultés du cerveau. La mémoire est notamment altérée.

Ce trouble touche aussi l’aptitude à se concentrer, à réfléchir ou encore à communiquer.

Les personnes qui en souffrent présentent un risque plus élevé d’être victime d’une démence.

Dans de nombreux cas, ce trouble cognitif compte parmi les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer.

Comprendre le trouble cognitif léger

Ce déficit cognitif n’est pas un phénomène naturel. Il ne faut, en effet, pas le confondre avec le déclin naturel des facultés cognitives.

Avec l’âge, les performances intellectuelles diminuent inévitablement. Lorsque cette diminution est plus importante que la normale, on parle de trouble cognitif léger.

Ce problème présente des spécificités similaires avec la maladie d’Alzheimer, que ce soit au niveau des symptômes que des causes.

En effet, dans les deux cas, on constate une diminution du volume de l’hippocampe, un organe qui joue un rôle essentiel dans le processus de mémorisation.

Comment traiter le trouble cognitif léger ?

Comme c’est le cas pour les maladies dégénératives qui touchent le cerveau, il n’existe pas (encore) de traitement contre le trouble cognitif léger.

Toutefois, il existe des programmes à mettre en place pour améliorer le quotidien des personnes qui en souffrent.

En outre, il est important de souligner que des gestes de prévention peuvent être adoptés.

Différentes recherches scientifiques ont, en effet, permis de mettre en avant le lien entre certains problèmes métaboliques et l’apparition de troubles cognitifs.

Il faut notamment adopter un mode de vie sain : bien manger, bien dormir, faire des exercices et surtout solliciter régulièrement le cerveau.

Un trouble cognitif léger ne doit pas être négligé. En cas de diminution conséquente des performances intellectuelles, il est recommandé de consulter un médecin au plus vite.

Tout sur la mémoire : Trouble cognitif léger© arztsamui – FreeDigitalPhotos.net

Developpement cognitif ou comment améliorer la faculté d’apprentissage

Le developpement cognitif correspond à l’évolution des acquisitions cognitives.

Il est étroitement lié à la capacité d’apprentissage, de mémorisation sans oublier l’intelligence…

Developpement cognitif

Developpement cognitif ou comment améliorer la faculté d’apprentissage

Le développement cognitif est considéré comme étant le fait d’« apprendre à apprendre »…

La mémoire dans le développement cognitif

Le developpement cognitif est aussi appelé développement de l’intelligence.

C’est un processus d’évolution intellectuelle se basant sur la connaissance et l’apprentissage.

Ces derniers sont issus d’un enregistrement préalable : la capacité de mémorisation joue un rôle primordial dans cette étape de l’apprentissage.

Programme de developpement cognitif

Il existe de nombreux programmes de développement cognitif.

La plupart d’entre eux sont dédiés aux enfants de moins de 5 ans et ont pour but de booster les potentiels du cerveau, dont la mémoire.

En tout cas, ils sont élaborés pour s’adapter à l’âge et de l’état mental des sujets.

Les personnes atteintes d’un trouble de mémoire peuvent stimuler leurs capacités mnésiques.

Les effets d’un déficit cognitif peuvent parfaitement être efficacement réduits à travers ces techniques.

Développement cognitif : une évolution constante

Le developpement cognitif de l’Homme comprend plusieurs étapes avant d’atteindre un équilibre de fonctionnement optimal.

Durant ses premiers mois, l’enfant agit selon ses reflexes avant d’agir intentionnellement : c’est l’intelligence sensori-motrice.

Puis, entre 18 mois et 3 ans, il commence à réfléchir et à reproduire les images qu’il perçoit, c’est l’intelligence symbolique.

Les phases de l’apprentissage et du développement se succèdent, pour ensuite atteindre l’intelligence opératoire.

Développement cognitif : en pratique

Les techniques utilisées pour développer les capacités cognitives diffèrent en fonction des objectifs à atteindre.

Afin d’améliorer la mémoire, des jeux d’images, de couleurs, de lettres ou encore des calculs peuvent être proposés.

Le sujet doit pouvoir nommer des couleurs, classer des chiffres ou reconnaître des lettres de l’alphabet.

Les programmes de developpement cognitif marient langage oral et écrit et se basent sur les domaines des Capacités, des Connaissances, des Habiletés, ainsi que des Attitudes.

Tout sur la mémoire : Developpement cognitif © Digitalart – FreeDigitalPhotos.net