Démence et perte de mémoire : à quel moment faut-il s’inquiéter ?

La mémoire peut flancher à n’importe quel moment.

Vous avez oublié vos clés, l’anniversaire de votre époux(se), de faire des courses importantes, de passer au pressing récupérer des vêtements ?

Toutes ces anecdotes peuvent arriver à tout le monde. Et les oublis ont tendance à devenir de plus en plus fréquents avec l’âge.

Mais à quel moment parle-t-on de démence ? Dans tous les cas, certaines pertes de mémoire doivent être prises plus au sérieux.

Démence et perte de mémoire

Démence et perte de mémoire

© agsandrew – Fotolia.com

Alors, à quel moment faut-il s’inquiéter en cas de perte de mémoire ? Quand est-il question de démence ?

 

Manifestations de la démence et de la perte de mémoire

Oublier quelque chose de temps à autre est un phénomène courant voire assez banal chez l’être humain : les troubles de la mémoire bénins touchent de nombreuses personnes.

Et généralement, ces manifestations accompagnent le processus normal du vieillissement.

Néanmoins, lorsque l’oubli devient fréquent au point de chambouler vos activités quotidiennes ou même de vous mettre en danger (vous ne vous rappelez plus l’adresse de votre maison), ces pertes de mémoire sont plus graves.

Il est alors question de démence ou, dans de termes plus scientifiques, de trouble neurocognitif majeur. La forme la plus fréquente étant la maladie d’Alzheimer.

Les principaux types de démence connus sont : la maladie d’Alzheimer, la démence fronto-temporale, l’aphasie progressive et la démence à corps de Lewy.

 

Les manifestations d’une démence

Ayant des origines diverses, les démences peuvent se manifester de différentes manières.

Cependant, les critères principaux qui permettent de diagnostiquer de tels troubles neurologiques sont à peu près les mêmes.

Différents types de démences

Différents types de démences

© FreeDigitalPhotos.net

On retrouve régulièrement les deux symptômes suivants :

– une perte de mémoire ayant des impacts sur la capacité à apprendre de nouvelles informations et sur la restitution de certaines informations déjà acquises ;

– une altération des fonctions cognitives.

Concernant l’altération des fonctions cognitives, la personne atteinte de démence peut présenter des difficultés à s’exprimer correctement : il lui devient par exemple difficile de désigner les choses ou les personnes par leur nom.

Ou alors, elle parvient tout de même à s’exprimer, mais utilise des expressions vagues et/ou difficiles à comprendre.

Dans certains cas, le sujet n’a aucun mal à parler en alignant de longues phrases, cependant, elle a des difficultés à exprimer ses idées. Dans tous les cas, la démence engendre ici une perturbation du langage.

Chez certains, les changements cognitifs se manifestent par une difficulté ou une incapacité à exécuter des gestes banals, impliquant les fonctions motrices, alors que ces dernières semblent indemnes.

La démence occasionne ainsi ce que l’on appelle une apraxie qui peut dorénavant empêcher l’individu de s’adonner tout seul à des activités motrices, comme s’habiller ou se laver.

Ce trouble neurocognitif peut alors mener à une perte de mémoire plus sévère au point que le sujet ne parvienne plus à distinguer et identifier certains objets ou même certaines personnes, y compris ses proches. Il s’agit ici d’agnosie.

Dans d’autres cas, l’individu souffrant de démence finit par ne plus être capable d’avoir des pensées abstraites.

D’où l’impossibilité de traiter de nouvelles informations ou qui paraissent désormais toujours trop compliquées. Du coup, le sujet limite aussi le contenu de sa pensée.

Parfois, la démence se traduit en plus par des sautes d’humeur, des troubles du sommeil, des délires, des hallucinations en tout genre ou encore par le stress.

En tout cas, le patient n’est plus lui-même. Il n’est plus que l’ombre de lui-même…

Voici une vidéo qui présente les différents types de démence et les diagnostics :

 

A quoi sont dues la démence et la perte de mémoire ?

Les origines de la démence sont diverses. Pour sa part, sa forme la plus connue, Alzheimer, résulte d’une accumulation anormale d’éléments chimiques dans le cerveau.

Mais il existe diverses causes possibles de démence. Ça peut être :

  • des habitudes réversibles comme une médication agissant sur le cerveau (prise de somnifères, d’antidépresseurs ou encore d’anxiolytiques) ;
  • les apnées du sommeil, la fatigue, le stress, la dépression ou encore des situations choquantes ou traumatisantes, le tabac, l’alcool et la drogue ;
  • une mauvaise alimentation engendrant une carence en vitamines B1 et B12 peut aussi mener à une démence et une perte de mémoire ;
  • des maladies, pour ne citer que : la maladie de Parkinson, de Huntington, les maladies endocriniennes, immunitaires, hépatiques métaboliques (comme la maladie de Kufs), les maladies infectieuses dont le VIH ou la syphilis, les affections médicales comme les traumatismes crâniens sans oublier les maladies neurologiques ;
  • une intervention chirurgicale majeure ;
  • un manque d’oxygène au niveau du cerveau.

 

Démence et perte de mémoire : quels traitements ?

La forme la plus fréquente de démence, la maladie d’Alzheimer, reste à ce jour incurable.

Néanmoins, des solutions sont proposées dans le but d’en atténuer les conséquences, comme les activités qui stimulent la mémoire.

Sinon, par rapport aux autres types de démence, le traitement préconisé dépend de l’origine du problème.

Traitement d'une démence

Traitement d’une démence

© FreeDigitalPhotos.net

Quoi qu’il en soit, la première étape en vue d’un traitement consiste à consulter un médecin.

Celui-ci procède à une évaluation médicale afin de définir la cause du trouble existant et en mesurer la gravité.

Le traitement varie également selon le stade de la démence : celle-ci peut être stable, en progression ou en rémission.

Puis, en fonction de l’origine du problème, une rééducation peut être mise en place pour minimiser les effets de la maladie et renforcer la mémoire ainsi que les fonctions cognitives intactes.

Dans le cas où ce trouble neurocognitif est la conséquence d’une addiction au tabac, à l’alcool ou à la drogue, le traitement passe avant tout par un sevrage.

 

En définitive, une démence est une pathologie assez grave dont les symptômes ne doivent pas être négligés.

En cas de perte de mémoire inhabituelle, il est recommandé de consulter sans attendre.

Le médecin saura évaluer la situation et déterminer le traitement le mieux adapté en fonction du cas.

Tout sur la mémoire : Démence et perte de mémoire

Tout savoir sur la perte de mémoire : causes, conséquences et solutions

Amnésie ou perte de mémoire. C’est un phénomène qui peut se manifester de plusieurs façons.

Les problèmes mnésiques peuvent surgir soudainement ou de façon graduelle, et être temporaires ou permanents.

Les trous de mémoire peuvent être plus ou moins importants. Et différents types de souvenirs et connaissances peuvent être perdus.

Parfois, la personne amnésique ne se rend pas compte de la baisse de ses facultés de mémorisation.

Sinon, il y a aussi les personnes dont les troubles mnésiques sont le signe d’une démence ou d’une maladie dégénérative comme Alzheimer.

Les manifestations sont nombreuses et diverses, tout dépend de l’origine du problème. Et les solutions à mettre en place diffèrent aussi suivant le cas.

Tout sur la perte de mémoire

Tout sur la perte de mémoire

© freshidea – Fotolia.com

Découvrez alors tout ce qu’il faut connaître sur l’amnésie, ses manifestations, ses causes et les solutions à envisager…

 

La mémoire : une faculté « vitale »

La mémoire est une faculté essentielle pour l’être humain. Vous l’utilisez à chaque millième de seconde de votre vie.

Vous y faisant appel dans la vie de tous les jours, que ce soit en famille, au travail, en société.

Une perte de mémoire, aussi minime soit-elle, peut avoir des conséquences fâcheuses sur le quotidien.

Il faut alors faire la distinction entre les troubles bénins et les problèmes graves.

D’un côté, il y a les pertes de mémoire occasionnelles. Celles-ci peuvent être liées à une fatigue physique ou émotionnelle, à de mauvaises habitudes de vie ou encore au stress.

Même si ces troubles ne sont pas nécessairement graves, ils ne doivent pas être négligés.

Il est nécessaire de traiter la source du souci : prendre du repos, améliorer l’hygiène de vie, combattre le stress

D’un autre côté, il y a les pertes de mémoire fréquentes qui doivent alarmer ceux qui en souffrent.

Des amnésies qui reviennent souvent peuvent être le signe d’une maladie. Il peut s’agir d’une pathologie physique, d’une maladie qui touche les nerfs ou encore d’une pathologie dégénérative comme Alzheimer.

 

Perdre la mémoire : qu’est-ce qu’une amnésie ?

D’abord, il faut souligner que la mémoire peut s’altérer de différentes manières. En cas d’oubli d’informations plus ou moins importantes du passé, on parle d’ « amnésie ».

Celle-ci peut être partielle ou totale et il existe différents facteurs susceptibles de déclencher ce phénomène.

Les troubles mnésiques peuvent survenir subitement ou apparaître progressivement et s’aggraver (ou non) avec le temps.

Les causes peuvent être d’ordre physique. Une fatigue peut être à déplorer. Ou alors, le corps subit une carence, notamment en vitamine B1.

Il y a aussi les chocs à la tête ou encore la dépendance à une substance toxique comme la cigarette ou l’alcool.

Une amnésie peut aussi survenir en cas de choc émotionnel important (décès, séparation amoureuse…).

Il faut, en outre, mentionner les séquelles de certaines maladies. Les personnes victime d’un AVC ou d’une rupture d’anévrisme peuvent avoir des pertes de mémoire.

Amnésie ou perte de mémoire

Amnésie ou perte de mémoire

© FreeDigitalPhotos.net

 

Les symptômes d’une amnésie

En ce qui concerne les spécificités d’une amnésie, il faut d’abord distinguer l’amnésie antérograde et l’amnésie rétrograde.

Une amnésie rétrograde se manifeste par l’oubli de tous les souvenirs qui précèdent l’accident (le jour de la perte de mémoire).

Une amnésie antérograde se caractérise par l’incapacité à enregistrer de nouveaux souvenirs après un événement traumatisant. Ici, le patient se souvient de tout ce qui s’est produit avant ce jour, mais oublie tout ce qui a pu se passer après.

Ensuite, les informations « perdues » peuvent être de différentes natures.

L’amnésique peut perdre sa mémoire épisodique (généralement partiellement). C’est-à-dire qu’il a oublié des épisodes entiers de son passé.

Il peut aussi oublier des informations acquises récemment ou, au contraire, enregistrées il y a trop longtemps.

De façon générale, la mémoire sémantique qui rassemble les connaissances générales reste intacte.

Ou alors, chez certaines personnes souffrant de maladies neurodégénératives, elle est touchée en dernier et moins sévèrement que les autres facultés mnésiques.

 

Comment guérir une amnésie ?

Avant tout, il faut savoir que pour guérir une amnésie, il faut d’abord en identifier la cause.

En fonction de l’origine du problème, un traitement peut être mis en place en sachant que certaines pertes de mémoire sont irréversibles.

En cas de carence, il est important de changer certaines habitudes alimentaires. Si besoin, apporter plus de vitamine B1, un nutriment essentiel pour la mémoire. Ici, il ne faut pas s’y prendre au hasard, mais demander conseil à un médecin.

S’il y a un problème psychologique, le patient peut suivre une psychanalyse afin de résoudre les troubles d’ordre émotionnel. Ce type de thérapie est également préconisé pour les patients souffrant de dépendance alcoolique.

Et il est aussi important d’aider le patient à mieux appréhender le problème de mémoire, pour mieux vivre au quotidien.

Traitement d'une amnésie

Traitement d’une amnésie

© FreeDigitalPhotos.net

En fonction de l’origine du trouble, il peut être nécessaire de se réapproprier ses souvenirs et, par la même occasion, se réapproprier son identité.

Dans tous les cas, il est important d’entraîner régulièrement la mémoire. Tous les aspects du processus de mémorisation doivent être travaillés : mémoire à court terme ou mémoire de travail et mémoire à long terme.

Il faut aussi solliciter tous les sens : mémoire visuelle, auditive et kinesthésique

 

Comment prévenir une amnésie ?

Enfin, il est judicieux de prendre diverses mesures pour prévenir l’apparition d’une amnésie.

D’abord, il faut stimuler régulièrement votre mémoire à travers des exercices spécifiques. Vous pouvez en trouver ici : Avoir une mémoire au top : découvrez toute une série d’exercices à pratiquer tous les jours.

Voici justement une vidéo proposant des conseils pour booster la mémoire :

Ensuite, vous devez toujours être actif autant du point de vue intellectuel que physique.

Côté alimentation, privilégiez les produits affichant une forte teneur en antioxydants. Evitez les boissons excitantes (thé, café, alcool…).

Enfin, soyez vigilant au quotidien, faisant bien attention à éviter les chocs, les secousses et les coups, veillant à protéger tout particulièrement la tête.

Tout sur la mémoire : Perte de mémoire

Pertes de mémoire fréquentes non liées à une maladie

Les pertes de mémoire fréquentes sont toujours sources d’inquiétude.

Surtout, lorsqu’on a un certain âge, on a peur qu’il s’agisse d’Alzheimer ou d’une autre maladie dégénérative.

Néanmoins, ces troubles mnésiques peuvent être bénins…

Pertes de mémoire fréquentes

Pertes de mémoire fréquentes non liées à une maladie

Point sur ces pertes de mémoire fréquentes qui ne sont pas liées à une maladie…

Causes des pertes de mémoire fréquentes

Les pertes de mémoire fréquentes peuvent toucher n’importe qui. Depuis la découverte de la maladie d’Alzheimer, on a tendance à dramatiser au moindre trouble mnésique.

Pourtant, tout le monde peut avoir des trous de mémoire : ne plus se souvenir d’un numéro de téléphone, d’une adresse, du numéro de sécurité sociale ou autre information…

Les oublis ont tendance à être de plus en plus fréquents avec l’âge. La plupart du temps, il s’agit d’un effet naturel du vieillissement.

Parfois, c’est le train de vie qui est trop soutenu : trop de stress et de fatigue, trop de préoccupations, pas assez de repos et de sommeil. Tout cela nuit au bon fonctionnement du cerveau.

Dans certains cas, c’est la prise de médicaments qui est en cause.

Les produits comme les opiacés, les antidépresseurs, les neuroleptiques, les antibiotiques ou encore les antihistaminiques peuvent altérer la mémoire.

Des pertes de mémoire anodines

En cas de pertes de mémoire fréquentes, il faut savoir distinguer les troubles anodins et ne pas s’alarmer inutilement.

Voici alors quelques symptômes bénins qui ne sont pas forcément liés à une maladie de la mémoire :

  • Ne pas parvenir à trouver certains mots ;
  • Oublier le nom d’une personne connue et croisée après une longue période d’éloignement ;
  • Ne plus se rappeler d’un visage ;
  • Oublier un rendez-vous, une date spéciale ;
  • Se retrouver dans un endroit et oublier pourquoi on s’y est rendu ;
  • Egarer un objet (lunettes, clés…)…

S’il vous semble que vos pertes de mémoire sont vraiment trop fréquentes, n’hésitez pas à consulter un médecin qui procèdera à divers tests et examens pour connaître la véritable cause de vos troubles et mettre en place un traitement spécifique si besoin est.

Tout sur la mémoire : Pertes de mémoire fréquentes

© Ddpavumba – FreeDigitalPhotos.net

Perte de mémoire immédiate personnes agées : un trouble lié à l’âge

Une perte de mémoire immédiate personnes agées est un phénomène plutôt courant et son apparition est généralement liée à l’âge.

Néanmoins, la gravité du trouble peut différer d’un patient à l’autre suivant que celui-ci soit associé à un vieillissement normal ou pathologique.

Perte de mémoire immédiate personnes agées

Perte de mémoire immédiate personnes agées : un trouble lié à l’âge

Essayons de mieux comprendre la perte de mémoire immédiatement chez les personnes âgées…

Perte de mémoire 50 ans : pas forcément liée à une maladie

Les plaintes concernant une perte de mémoire à 50 ans sont assez fréquentes. La plupart des personnes de cet âge sont concernées.

Contrairement aux idées reçues, un trouble mnésique n’est pas nécessairement lié à Alzheimer ou une autre maladie dégénérative.

Seulement un faible pourcentage de cette population développera une pathologie de ce type.

En réalité, les trous de mémoire sont causés par un manque d’attention. On agit de façon automatique, ne laissant pas le temps au cerveau de s’imprégner des informations.

On oublie même jusqu’aux données auxquelles on a été confronté il y a seulement quelques minutes.

Pertes de mémoire à 50 ans : quelles sont les causes ?

Pour une très petite portion des personnes sujettes à des pertes de mémoire à 50 ans, les démences et pathologies sont en cause.

Dans la majorité des cas, on retrouve d’autres causes auxquelles on peut aisément remédier.

Les troubles mnésiques peuvent être causés par le stress, les angoisses, un sommeil insuffisant ou encore la prise de certains médicaments comme les anticholinergiques ou encore les benzodiazépines qui altèrent les capacités de mémorisation.

Et la vie trépidante d’aujourd’hui y est sans doute pour quelque chose : on est sollicité de toute part et les pressions et stimulations sont nombreuses.

Perte de mémoire 50 ans : les signes qui doivent alarmer

Face à une perte de mémoire 50 ans (ou plus), il existe tout de même des signes qui doivent alarmer.

Les troubles mnésiques ne doivent pas altérer le quotidien de la personne concernée. Cette dernière doit être capable de vaquer « normalement » à ses occupations et à prendre des décisions.

Là où il faut s’inquiéter, c’est lorsque le sujet oublie des épisodes de sa vie. Dans ce cas, il existe un risque d’Alzheimer.

Au moindre doute, il est vivement recommandé de consulter un médecin qui établira un diagnostic et mettra en place le traitement adapté.

Tout sur la mémoire : Perte de mémoire immédiate personnes agées

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Perte de mémoire 50 ans : reconnaître les signes inquiétants

La perte de mémoire 50 ans est un phénomène plutôt fréquent et souvent anodin. Néanmoins, il faut guetter certains signes qui laissent présager une maladie comme Alzheimer.

Si les troubles mnésiques sont trop importants et altèrent le quotidien du patient, il est vaut mieux consulter un spécialiste dans les plus brefs délais.

Perte de mémoire 50 ans 

Perte de mémoire 50 ans : reconnaître les signes inquiétants

Comment savoir si une perte de mémoire 50 ans devrait alarmer ou non ?

Perte de mémoire immédiate personnes agées : les manifestations

Une perte de mémoire immédiate personnes agées correspond à une altération de la mémoire à très court terme.

Cet aspect de la mémoire concerne des événements très récents. L’enregistrement des informations est très court et dure seulement quelques fractions de secondes.

Les données ne font que transiter par la mémoire immédiate, le temps qu’elles soient traitées puis éliminées ou consolidées vers une mémoire plus durable.

Lorsqu’il existe un souci à ce niveau, il devient difficile voire impossible de retenir des informations au fur et à mesure où elles sont communiquées.

Cela peut altérer la communication avec autrui, mais aussi la compréhension de telle ou telle situation donnée.

Perte de mémoire immédiate personnes agées : est-ce grave ?

Lorsque vous constatez une perte de mémoire chez une personne âgée, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous inquiéter.

Et un mot vous vient immédiatement à l’esprit : « Alzheimer ».

Sachez toutefois qu’un trouble mnésique n’est pas forcément synonyme de démence. Les trous de mémoire comptent parmi les effets du vieillissement.

Néanmoins, il existe des situations qui doivent alarmer. Si les problèmes de mémorisation persistent et s’ils ont tendance à s’aggraver, il vaut mieux consulter un spécialiste.

Parfois, les problèmes sont causés par un excès de stress ou encore une dépression. Ce n’est que plus rarement qu’une maladie plus alarmante est en cause.

Un médecin saura établir le bon diagnostic et pourra entreprendre divers tests de mémoire pour confirmer ou réfuter la présence d’une maladie.

Tout sur la mémoire : perte de mémoire 50 ans

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Perte de memoire et manque de concentration

Perte de memoire et manque de concentration sont certainement liés. Les trous de mémoire peuvent être liés à un esprit préoccupé.

Par ailleurs, une personne amnésique peut avoir du mal à se focaliser sur telle ou telle activité.

Perte de memoire et manque de concentration

Perte de memoire et manque de concentration

Découvrez alors les liens entre perte de memoire et manque de concentration…

Perte de memoire et manque de concentration : étroitement liés

Bien souvent, une perte de mémoire est liée au manque de concentration. Plus précisément, c’est dû au fait que vous n’êtes pas suffisamment focalisé sur ce que vous faites.

Résultat : vous ne vous rappelez que très vaguement de cette situation.

Ceci est valable pour les différentes activités du quotidien et les apprentissages.

Si vous exécutez une tâche de façon automatique, vous ne vous en souviendrez pas. C’est ainsi que vous oubliez où vous avez mis vos lunettes ou encore vos clés.

L’oubli est également inévitable lorsque vous faites une chose alors que vous pensez à une autre. Vous rangez vos affaires en pensant à la liste des choses que vous allez faire le lendemain.

Comment pallier aux pertes de mémoire causées par un manque de concentration ?

Pour améliorer un problème de perte de mémoire et manque de concentration, il faut donc mieux vous concentrer sur tout ce que vous entreprenez.

Mieux encore, chaque fois que vous réalisez une action, énoncez à haute voix ce que vous êtes en train de faire.

Je pose la clé de la voiture sur la coiffeuse. Je range mon sac dans l’armoire… L’information est mieux ancrée dans votre mémoire.

Désormais, faites une chose à la fois. Planifiez les tâches les unes après les autres pour ne plus vous embrouiller.

Evitez d’apprendre par cœur des informations qui ne sont pas réellement utiles. Cela ne fait qu’encombrer inutilement votre cerveau.

Prenez l’habitude de prendre des notes. Pour les courses, faites une liste. Vous ne serez pas obligée de la lire tout le temps. Mais vous l’aurez sous la main pour vous assurer que vous n’avez rien oublié.

Tout sur la mémoire : Perte de memoire et manque de concentration

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Perte mémoire récente : comment réagir après une amnésie ?

Au lendemain d’une perte mémoire récente, il est possible que la victime soit un peu déboussolé et ait perdu ses marques.

Pour que le patient puisse reprendre le cours de sa vie, l’entourage doit apporter son soutien, surtout s’il s’agit d’une amnésie importante.

Perte mémoire récente

Perte mémoire récente : comment réagir après une amnésie ?

Alors, comment réagir après une perte mémoire récente ?

Perte de mémoire et manifestations

Une perte de mémoire récente ou non peut être de différentes natures. Elle peut survenir brusquement et il peut y avoir eu ou non des signes avant-coureurs.

Dans le cas de l’ictus amnésique, le sujet peut être soudainement déboussolé, sans qu’aucun symptôme n’ait laissé présager une telle « crise ».

Ou alors, le patient a été victime d’un choc émotionnel ou physique tellement important qu’il est frappé par une amnésie dite traumatique.

Dans le cas d’un trouble mnésique lié à une démence comme Alzheimer, les symptômes s’installent petit à petit.

Le sujet oublie d’abord des petites choses sans importance puis finit par ne plus se rappeler d’éléments essentiels pour le bon déroulement de la journée.

Enfin, il est possible qu’il n’y ait pas de maladie sous-jacente mais que le patient soit tout simplement fatigué, angoissé ou stressé.

Comment réagir après une perte de mémoire récente ?

La réaction après une perte de mémoire dépend de la cause du trouble. En effet, la prise en charge dépend de l’origine de l’amnésie.

Dans tous les cas, le patient ne doit pas être brusqué et les proches ne doivent surtout pas l’assaillir de questions. Celui-ci est déjà suffisamment déboussolé, il ne faut pas en rajouter.

Il a besoin d’être rassuré.

Même si la perte de mémoire semble anodine, il reste indispensable de consulter un médecin qui prescrira le traitement le mieux adapté et conseillera sur la conduite à tenir.

Enfin, il est essentiel de garder son calme et de toujours laisser la « victime » sous surveillance.

Tout sur la mémoire : Perte mémoire récente

© FreeDigitalPhotos.com

Recherches Populaires:

Perte de mémoire récente et Alzheimer

La perte de mémoire récente figure parmi les symptômes qui caractérisent la maladie d’Alzheimer. Les troubles concernent donc les souvenirs les plus récents.

Pour que la présence de cette maladie puisse être confirmée, il faut analyser l’évolution des signes ainsi que les autres manifestations sortant de l’ordinaire (difficulté de concentration, troubles du langage…).

Perte de mémoire récente

Perte de mémoire récente et Alzheimer

Comment se manifeste la perte de mémoire récente ?

Perte de mémoire récente

La mémoire récente concerne les événements vécus et les informations apprises récemment.

Chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, cet aspect de la mémorisation compte parmi les premiers touchés.

Ils oublient alors facilement les rendez-vous. Ils perdent souvent leur clé ou encore les numéros de téléphone ainsi que les prénoms qui leur sont communiqués.

Les données oubliées peuvent être de différentes natures : des mots, des visages, des lieux, des objets

Ces personnes souffrant d’Alzheimer ont également tendance à poser, encore et encore, les mêmes questions.

Pendant ce temps, la mémoire à long terme reste plutôt bien préservée.

Perte de mémoire et Alzheimer

En plus d’avoir des pertes de mémoire, les personnes sujettes à Alzheimer présentent d’autres symptômes.

Au-delà des fréquents oublis, elles agissent également de façon étrange.

Il leur arrive par exemple de placer des objets dans des lieux incongrus (une clé dans le réfrigérateur, un sac à main dans le micro-ondes…).

La perte de mémoire récente s’accompagne aussi d’une désorientation spatio-temporelle.

Les patients se perdent facilement, même dans des lieux familiers. Il peut leur arriver d’errer durant de longues heures sans retrouver leur chemin.

Ils peuvent également être déboussolé par rapport à la date, le mois voire l’année.

En définitive, même si les pertes de mémoire constituent les signes les plus visibles d’Alzheimer, cette maladie est caractérisée par un ensemble de symptômes.

La mémoire n’est, en effet, pas la seule touchée. Il y a aussi le raisonnement, le jugement, l’humeur sans oublier le comportement.

Tout sur la mémoire : Perte de mémoire récente

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Perte de mémoire à court terme : symptôme de la maladie d’Alzheimer

La perte de mémoire à court terme est l’un des symptômes qui caractérisent la maladie d’Alzheimer.

Elle se manifeste après une première phase correspondant à une altération graduelle des capacités de mémorisation.

Les tout premiers signes passent généralement inaperçus pour les proches. De son côté, le patient est déboussolée et peut souffrir de dépression…

Malheureusement, la situation va empirer.

Perte de mémoire à court terme

Perte de mémoire à court terme : symptôme de la maladie d’Alzheimer

Comment se manifeste la perte de mémoire à court terme chez les patients atteints d’Alzheimer ?

Perte de mémoire à court terme et maladie d’Alzheimer

Après les premiers symptômes d’Alzheimer, c’est la mémoire à court terme qui est touchée.

Cet aspect de la mémorisation se dégrade petit à petit. Les patients éprouvent des difficultés croissantes à enregistrer des nouvelles informations.

Ils ont tendance à oublier les événements récents. Par contre, les souvenirs plus lointains (notamment ceux de l’enfance) sont bien conservés.

Ils sont également sujets à une désorientation spatio-temporelle qui a tendance à s’aggraver.

Ils deviennent alors incapables de s’orienter dans des lieux pourtant familiers. Ils perdent souvent leur chemin.

Petit à petit, gérer les activités du quotidien devient un véritable parcours du combattant : planification des repas, gestion du budget, prise de médicaments…

Perte de mémoire à court terme et autonomie

La perte de mémoire à court terme s’accompagne donc de diverses difficultés dans la vie de tous les jours.

S’exprimer devient plus dur, de même que la coordination des mouvements ou encore la reconnaissance d’objets ou de visages familiers.

Quoi qu’il en soit, les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, à ce stade, peuvent se nourrir seul, prendre en charge leur hygiène corporelle et se vêtir tout seul.

En définitive, ces personnes doivent désormais être surveillées de près, par l’entourage, et être suivi régulièrement par un médecin pour contrôler l’évolution de la maladie et mettre en place les traitements qui s’imposent.

Tout sur la mémoire : Perte de mémoire à court terme

© FreeDigitalPhotos.net

Perte de mémoire à long terme : effet secondaire du cannabis

Une récente étude entreprise par l’université de Northwestern est arrivée à la conclusion que la perte de mémoire à long terme est un effet secondaire du cannabis.

La consommation de ce produit narcotique est désastreuse pour la santé. Elle ferait aussi des dégâts sur le cerveau.

Perte de mémoire à long terme

Perte de mémoire à long terme : effet secondaire du cannabis

Découvrez le lien entre cannabis et perte de mémoire à long terme…

Cannabis et perte de mémoire à long terme

La perte de mémoire figure parmi les effets néfastes de la consommation de cannabis, si l’on en croit les conclusions de scientifiques de l’université de Northwestern, plus précisément de la filière médecine.

Ceux-ci auraient, en effet, découvert  des anomalies irréversibles en observant le cerveau d’anciens consommateurs de cannabis.

Plus précisément, les jeunes qui ont fumé quotidiennement du cannabis pendant une période minimale de 3 mois souffrent de pertes de mémoire à long terme.

Troubles de mémoire à long terme liés au cannabis : les détails de l’étude

Cette étude qui s’intéresse aux problèmes de mémoire à long terme liés au cannabis a porté sur une centaine de volontaires qui ont été divisés en 4 catégories :

Les non-fumeurs, les fumeurs de cannabis à 16 – 17 ans, les schizophrènes non-fumeurs et les schizophrènes qui ont déjà fumé du hachich.

Tous ces individus ont effectué des tests de mémoire et ont subi des IRM.

Cannabis et mémoire à long terme : les résultats de la recherche

Les résultats de la recherche portant sur les effets du cannabis sont très éloquents.

Aux tests de mémoire, les ex-fumeurs affichent des résultats moins bons (de près de 18 %) en comparaison avec les non-fumeurs.

En ce qui concerne les participants schizophrènes, les performances des fumeurs sont moins bonnes par rapport à celles des non-fumeurs (de plus de 25 %).

Outre les tests de mémorisation, l’imagerie médicale a permis de constaté que l’hippocampe, une zone cérébrale jouant un rôle très important dans la mémorisation, affiche des anomalies chez les fumeurs.

Des recherches approfondies sont nécessaires pour confirmer les conclusions obtenues et pour étayer ces dernières

Tout sur la mémoire : Perte de mémoire à long terme

© FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires: