Memoire traumatique : le syndrome du stress post traumatique

Une memoire traumatique est consécutive à un choc violent, physique ou émotionnel.

En tout cas, c’est un événement bouleversant, qui a chamboulé la victime.

Memoire traumatique

Memoire traumatique : le syndrome du stress post traumatique

Découvrez aujourd’hui, le syndrome du stress post traumatique et ses répercussions sur la mémoire…

Memoire traumatique définition : une véritable obsession

La mémoire traumatique se manifeste après un événement choquant.

Le sujet est littéralement obsédé par des souvenirs douloureux et ne parvient pas à s’en défaire. Ce qui perturbe son quotidien.

Contrairement à une amnésie traumatique, post traumatique ou encore psychogène, le patient n’arrive pas à oublier le choc et le ressasse, encore et encore.

C’est comme s’il revient constamment le fait traumatisant. Il est hanté par des émotions et des sensations désagréables. Bref, il souffre.

Ici, c’est la mémoire implicite qui est touchée. Les souvenirs affluent automatiquement, sans aucun effort de la part du patient.

Ce dernier est comme emprisonné dans ce passé qui le tourmente et qui l’empêche d’aller de l’avant de vivre pleinement le présent.

Memoire traumatique définition : les manifestations

Une mémoire post traumatique se manifeste à travers des cauchemars qui reviennent sans cesse.

Le sujet est empli de désarroi. Il est fatigué aussi bien physiquement qu’émotionnellement.

Le souvenir traumatique remplit ses journées. Ce qui conduit à une peur extrême. Le stress est alors omniprésent.

Dans les cas les plus graves, le patient devient incapable de parler. C’est comme si sa langue s’est bloquée depuis l’ « incident ».

Stress traumatique : comment en guérir ?

Dire adieu à une mémoire traumatique n’est pas chose aisée. Souvent, la victime ne peut y parvenir seule.

Le soutien des proches est très important. Et l’accompagnement d’un psychothérapeute est incontournable.

Ce professionnel aide le sujet à accepter le passé pour mieux embrasser l’avenir.

La prise de médicaments, en l’occurrence des antidépresseurs et des anxiolytiques, est indiquée pour résoudre une mémoire traumatique.

Tout sur la mémoire : Memoire traumatique© Ambro – FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Amnésie traumatique ou quand les souvenirs sont sources d’angoisse

Une amnésie traumatique est une perte de mémoire que le cerveau déclenche volontairement sans qu’on en ait conscience.

Elle est liée à un événement traumatisant qui est refoulé inconsciemment pour éviter de souffrir.

Recouvrir les souvenirs est possible dans ce cas mais est-ce vraiment nécessaire ?

Et que se passe-t-il lorsque ceux-ci font surface dans prévenir ?

Amnésie traumatique

Amnésie traumatique ou quand les souvenirs sont sources d’angoisse

Quels sont les conséquences négatives d’une amnésie traumatique ?

Amnésie traumatique : conséquence d’un choc

Une amnésie post traumatique survient à la suite d’un choc. Celui-ci peut être physique. Dans ce cas, il s’agit le plus souvent d’un coup à la tête.

Il peut aussi être psychologique et lié à des émotions fortes. Il peut être la conséquence d’un décès, d’un divorce, d’une agression ou encore de la perte d’un travail. Bref, un événement bouleversant.

La perte de mémoire est provoquée afin de préserver l’équilibre psychologique.

Le sujet ne souhaite pas revivre un souvenir malheureux pour préserver sa stabilité émotionnelle.

A noter que tout ceci se passe dans l’inconscient. Pour l’amnésique, c’est comme si l’événement n’a jamais existé.

Amnésie traumatique : que se passe-t-il si les souvenirs ressurgissent ?

Une amnésie traumatique peut durer plus ou moins longtemps. Elle peut même durer toute une vie.

Toutefois, il existe des cas où des flashbacks se produisent. Face à un contexte ou une situation étroitement lié à l’événement déclencheur ou encore lorsqu’on parle de celui-ci, des souvenirs peuvent surgir.

Il peut alors s’agir de séries de flash. L’amnésique se rappelle des petites bribes de l’épisode passé.

Avec une mémoire traumatique, les souvenirs semblent tellement réels qu’ils sont déroutants. Mémoire visuelle, mémoire auditive et même mémoire olfactive peuvent être activées.

Ces récupérations sont souvent accompagnées par un sentiment négatif. Stress, anxiété et angoisse peuvent surgir.

C’est la peur de revivre une circonstance désagréable. Dans les cas extrêmes, le patient est incapable de bouger et de parler.

Face à une amnésie traumatique, l’accompagnement psychologique est indispensable pour retrouver un équilibre émotionnel.

Tout sur la mémoire : Amnésie traumatique© David Castillo Dominici – FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires:

Amnesie post traumatique : perte de mémoire suite à un choc violent à la tête

Une amnesie post traumatique, comme son appellation l’indique, est une perte de mémoire qui succède à un traumatisme.

Ici, il s’agit plus précisément d’un choc à la tête, si important qu’il cause un dysfonctionnement du cerveau.

A la suite du traumatisme, la victime perd souvent connaissance, est assaillie de maux de tête plus ou moins violent et souffre d’un syndrome amnésique.

Amnesie post traumatique

Amnésie post-traumatique : perte de mémoire suite à un choc violent à la tête

Une amnesie post traumatique peut être plus ou moins longue, tout dépend de la sévérité du choc

Amnesie post traumatique : conséquence d’un traumatisme crânien

Une amnésie post traumatique est le résultat d’un choc à la tête qui ébranle la boîte crânienne. Il est aussi question de « commotion cérébrale ».

La victime perd connaissance, ça peut durer entre quelques secondes à quelques minutes. Plus c’est long, plus c’est grave.

Dans les cas les plus critiques, le patient peut sombrer dans le coma.

Lorsqu’elle reprend conscience, elle souffre généralement d’un trouble mnésique.

Amnesie post traumatique : importance des trous de mémoire

Lorsque la victime reprend ses esprits, elle est désorientée. C’est normal face à une amnésie traumatique.

D’abord, elle ne se souvient pas de ce qui lui est arrivé. Puis, elle se demande où elle est.

Ensuite, elle peut présenter une amnésie antérograde et être temporairement incapable d’enregistrer des nouveaux souvenirs.

Il se peut aussi qu’elle soit atteinte d’une amnésie rétrograde et ne plus se rappeler des événements passés.

Il s’agit généralement des minutes ou des heures avant l’accident. Des semaines entières sont oubliées si le choc a été trop rude.

La durée de ces trous de mémoire dépend de la gravité du trauma crânien. Ils peuvent s’étendre sur quelques minutes, des heures, plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Amnesie post traumatique : guérison

La personne souffrant d’une amnesie post traumatique est considérée comme rétablie quand elle est capable de se situer dans le temps et de bien organiser ses souvenirs.

Le pronostic dépend bien évidemment de la dureté du choc. La durée de la perte de connaissance et celle de l’amnésie est également déterminant.

A souligner qu’une amnesie post traumatique a plus de chances de guérir totalement, sans séquelle, chez un jeune sujet.

Tout sur la mémoire : Amnesie post traumatique© Ambro – FreeDigitalPhotos.net

Recherches Populaires: