Les effets des émotions sur la mémorisation

Grâce à la capacité de mémorisation, chaque être humain peut enregistrer diverses informations plus ou moins importantes.

Mais toutes les données auxquelles vous êtes confrontées ne vont pas nécessairement être stockées.

Il existe néanmoins un facteur important qui peut influencer cet enregistrement.

Il s’agit des émotions qui peuvent avoir un effet positif ou négatif sur la mémoire. Dans certains cas, elles vont faciliter le stockage. Dans d’autres, elles vont causer un véritable trou de mémoire.

Une chose est certaine : ce que l’on ressent est à l’origine d’une mémoire sélective.

Emotions et mémorisation

Emotions et mémorisation

© Fotolia.com

Quels sont donc les effets des émotions sur la mémorisation ?

 

Les émotions, catalyseurs de la mémorisation

Les émotions constituent de véritables catalyseurs de la mémorisation. Elles jouent un rôle essentiel dans la création de nouveaux souvenirs.

Eh oui, vous vous rappelez beaucoup mieux des événements marquants de votre vie, ceux qui ont été fortement chargés d’émotions.

Vous vous souvenez bien de cette fois où vous êtes tombé de votre vélo, la première fois où vous avez appris.

Vous vous rappelez, en outre, de la perte de la première dent, même si c’était il y a si longtemps. Il y a également le premier amour. La perte d’un être cher est aussi mémorable.

Il faut souligner que les émotions peuvent également concerner un événement extérieur qui a largement marqué les esprits, comme les attentats du 11 septembre 2001.

Vous vous rappelez fort probablement de ce que vous étiez en train de faire lorsque vous avez découvert le drame qui se tramait ce jour-là.

A contrario, les événements banals s’oublient assez vite. Faute d’émotions pour les catalyser, ils se perdent dans la jungle des souvenirs.

 

Effet de la peur sur la mémoire

On a tendance à croire que la peur est néfaste. Avoir peur présente pourtant des avantages inattendus, mais très importants.

Lorsque vous éprouvez un sentiment de peur, votre inconscient enregistre clairement le fait que vous vous êtes retrouvé dans une situation dangereuse ou risquée.

La façon dont vous avez réagir est également enregistrée.

Dans le futur, dans le cas où vous êtes confronté à la même situation, une réaction est déclenchée de façon automatique, se basant sur l’expérience passée.

Le même type de processus est provoqué face à une douleur. En effet, dans le cas où une action a engendré une douleur, vous vous en souviendrez toujours et éviterez soigneusement de la reproduire.

Par exemple, sachant que le feu brûle et que la brûlure fait très mal, vous n’allez jamais exposer volontairement votre peau au feu.

Mémoire et émotions

Mémoire et émotions

© FreeDigitalPhotos.net

 

Le rôle des hormones du stress

Si l’enregistrement des événements du quotidien et des jours « spéciaux » n’est pas le même, c’est à cause d’un facteur spécifique : les hormones du stress.

Ces dernières interviennent face à un événement difficile à supporter. Leur production est incluse dans un processus de survie.

Grâce à ces hormones, les souvenirs liés à un traumatisme se créent plus facilement et sont fortement ancrés dans la mémoire.

Comme je l’ai déjà écrit plus haut, ce type de souvenir est activé de façon automatique en cas de reproduction d’une situation difficile afin d’éviter les déconvenues.

 

Une mémoire traumatique : un souvenir moins bénéfique

Attention, la mémoire traumatique peut également être gênante. Cela peut notamment se produire après un événement très choquant comme un accident, un viol, un braquage, un attentat ou encore la maladie grave d’une personne aimée.

Des souvenirs douloureux se forment alors et ceux-ci sont liés à des émotions particulièrement intenses.

Parfois, ceux-ci remontent à la surface de façon intempestive jusqu’à devenir envahissants voire obsédants.

Le pire, c’est qu’on se souvient de la scène dans les moindres détails : c’est un véritable cauchemar qui se répète, encore et encore.

Pratiquement tous les jours et/ou toutes les nuits, vous êtes pratiquement hanté par un événement difficile et émotionnellement harassant de votre passé. Dans le jargon, il est question de « stress post-traumatique ».

Il s’agit d’un problème qui peut gâcher la vie et mener vers une anxiété voire une dépression s’il n’est pas traité.

 

Émotions et attention : impacts positifs sur la mémorisation

Un autre paramètre très important dans le processus de mémorisation : l’attention. Lorsque vous êtes bien focalisé sur une chose, vous enregistrez plus facilement ce qui se passe.

Et lorsqu’un événement est fortement chargé en émotions, votre attention est optimale.

Lorsque vous vivez un événement fort, votre cerveau mobilise votre concentration, notamment à cause du danger.

Votre attention peut également être interpellée par un événement heureux qui revêt une importance particulière à vos yeux.

Dans tous les cas, plus l’attention est mobilisée, plus les souvenirs seront bien ancrés. Ici encore, il est fortement possible que vous ayez enregistré le moindre détail.

Voici une vidéo intéressante qui dévoile un lien entre mémoire et émotions :

Tout sur la mémoire : Emotions et mémorisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *